Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


Tribunes

Voir les archives des tribunes dans le magazine :
Métropole Nice Côte d'Azur Info


 

Une Métropole unie et solidaire au service de l’intérêt de ses territoires

Il y a 6 ans, naissait la Métropole Nice Côte d’Azur, offrant à notre bassin de vie entre mer et montagne, un renforcement de la solidarité territoriale et une véritable dynamique d’attractivité nationale et internationale.

La commune, socle de la démocratie locale, doit être préservée, c’est pour cela que Christian ESTROSI a toujours souhaité que les maires soient au centre des décisions et de l’action métropolitaine. Ainsi, le conseil des maires, véritable instance démocratique, a été créé pour garantir un équilibre entre les communes et donner la même voix à tous les maires.

Aujourd’hui, afin de soutenir les actions décidées en conseil des Maires dans l’intérêt général de l’ensemble des collectivités, 62 conseillers métropolitains, issus des majorités municipales de Nice, Cagnes-sur-Mer, La Trinité, SaintLaurent-du-Var, Vence et Carros se sont regroupés.

La solidarité est au cœur de toutes les actions de la Métropole, permettant ainsi le financement de projets communaux et de garantir des services de proximité à tous. Notre volonté est de voir la Métropole mener à bien les opérations d’investissements programmées dans le « Plan Pluriannuel pour la Croissance et l’Emploi 2018-2020 », si importantes pour le développement structurel et économique de notre territoire. Ensemble, nous voulons bâtir une Métropole unie et solidaire au-delà de tout clivage politique. Seul l’intérêt général doit guider nos choix !

Dominique ESTROSI SASSONE
Présidente du groupe Métropole Solidaire, Les Républicains, Centristes, Démocrates et Indépendants

 

Tribune de l'opposition

 
De la nécessité de se préparer à des événements climatiques sévères
                            
 
A trois reprises en quelques semaines, la sirène a retenti dans les rues de la ville à cause de l’alerte rouge déclenchée par la préfecture des Alpes-Maritimes. Des trombes d’eau se sont abattues sur la ville gorgeant d’eau des sols asséchés depuis le dernier épisode caniculaire estival.
 
Nous n’étions pas habitués à entendre cette sirène qui s’est accompagnée des mesures de prévention au niveau des écoles et des grands magasins auxquels il a été demandé de fermer prématurément.
 
Le Paillon est monté à son plus haut niveau depuis 30 ans, réveillant la mémoire des plus anciens. De nombreux glissements de terrain ont été comptabilisés sur nos collines. Or, l’état de catastrophe naturelle ne reconnaît, pour l’heure, que les inondations. Pourtant, ce serait justice que ces glissements de terrain soient également pris en compte car ils ont touché de nombreuses habitations ainsi que la voirie.
 
Si le « dégât zéro » ne pourra jamais exister, il est néanmoins impératif qu’un audit des évacuations d’eau et de la voirie collinaire soit réalisé pour déterminer les protections possibles à mettre en place en prévision des prochains épisodes climatiques et chiffrer les travaux de confortement et autres à réaliser.
 
En effet, il est hélas à craindre que ces épisodes méditerranéens soient de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. Il est donc de notre responsabilité d’apporter des réponses et redoubler de vigilance dans la délivrance des permis de construire.
 

Patrick ALLEMAND - Paul CUTURELLO – Christine DOREJO

Pour le groupe "Un Autre Avenir pour Nice et la Métropole"

Tél. : 04 97 13 26 12

Mail : 

Site : unautreavenirpournice.fr

 

SOS Méditerranée au collège Mistral (Nice) : une inquiétante dérive (août 2019)
 

Alertés par des parents, nous avons découvert que des élèves du collège Frédéric Mistral (Nice) avaient assisté au sein de l’établissement à un exposé « pour parler des migrants au travers de l’engagement de SOS Méditerranée ».
 
L’agence européenne de surveillance des frontières extérieures a clairement dénoncé les relations existantes entre des ONG et les mafias et milices de passeurs. L’Italie, sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, interdit désormais l’accès à ses ports aux bateaux de SOS Méditerranée, et même Christophe Castaner a reconnu que « Les ONG ont pu se faire complices des passeurs». S’appuyant sur une association militante, résolument favorable à l’immigration massive, cette intervention contrevient au principe de neutralité, principe fondateur de notre enseignement, le Code de l’éducation consacrant (article L141-6) que « l’enseignement (...)
est indépendant de toute emprise politique (...) il respecte la diversité des opinions ».
 
Ce dernier point interroge réellement : tout d’abord aucune contradiction n’a pu être apportée à la propagande de SOS Méditerranée, mais imaginons une seconde qu’un élève ait souhaité s’exprimer pour affirmer son opposition à cette association et à l’immigration, quel accueil lui aurait-il été réservé par les enseignants ayant organisé cet exposé ou même par certains des autres élèves ? Est-il raisonnable et responsable de
placer des collégiens (en général âgés au maximum de 14 ou 15 ans) dans cette situation ? 


Marie-Christine ARNAUTU
Député Européen Conseiller Métropolitain
Conseiller Municipal Groupe Rassemblement National

https://arnautu.fr/
04 97 13 22 94