Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


S'informer

Tribunes

Voir les archives des tribunes dans le magazine :
Métropole Nice Côte d'Azur Info


 

Tribune de l'executif


La Métropole fête ses 5 ans !

Depuis sa création en janvier 2012, notre métropole Nice Côte d’Azur - présidée par Christian Estrosi la première à avoir vu le jour en France, a relevé bien des défis pour vous.

Cette nouvelle réalité territoriale apporte, tous les jours un peu plus, la démonstration de sa pertinence.

Elle a mis fin à un morcellement, à des divisions qui étaient devenues particulièrement préjudiciables pour l’intérêt général.

Elle a permis le regroupement de nos forces, si nécessaire aujourd’hui.

Auparavant, nous avions une ville épicentre, Nice et autour des villes moyennes, des villages, un littoral, un haut et moyen pays et chacun cherchait à s’en sortir par soi-même ou en se regroupant à une échelle modeste. Aujourd’hui, nos 49 communes ont conservé leur identité et leur autonomie mais elles travaillent ensemble dans des domaines clés comme l’aménagement du territoire, l’économie, les transports, les routes, l’assainissement… Et cela change tout !

Ainsi rassemblés, nous pouvons affronter les défis du 21ème siècle pour une métropole solidaire, intelligente et durable.

Une métropole solidaire, c’est permettre une offre de services publics efficace et renouvelée, et, faire en sorte que les communes les mieux dotées soient aux côtés de celles qui le sont moins.

Une métropole intelligente qui s’appuie sur des outils numériques pour piloter avec une efficacité incomparable les principales fonctions urbaines.

Enfin, une métropole durable parce que la métropole du 21e siècle ne doit pas seulement préserver les milieux et la biodiversité, elle se doit également de les enrichir.

Depuis 5 ans déjà, la M étropole Nice C ôte d’Azur veut être un exemple et elle s’en donne les moyens !

Pierre-Paul Leonelli
Vice-Président du Groupe Nice Ensemble
Adjoint au Maire de Nice

 

Tribune de l'opposition


Le chômage progresse en PACA et dans les Alpes-Maritimes

En ce début d’année, nous vous adressons nos meilleurs voeux, pour vous et vos proches. Des voeux que nous formulons aussi pour nos communes, notre métropole et notre pays, si durement éprouvés en 2016. Contrairement à la tendance nationale observée en octobre dernier – même s’il y aurait lieu de modérer l’euphorie socialiste, en prenant l’ensemble des catégories de demandeurs d’emploi – le chômage a augmenté chez nous au mois d’octobre, cela tant en PACA (+ 0,7%) que dans les Alpes-Maritimes (+ 1,7%) !

On peine ainsi quelque peu à déceler le miracle économique dont Christian Estrosi n’a de cesse de se vanter.

Lui qui se présente si souvent comme le candidat du sérieux économique, lui l’ancien ministre de l’industrie triomphant, lui le Monsieur Entreprises... Il est vrai, ceci étant, que sa fonction de porte-parole à l’économie de Nicolas Sarkozy n’a pas vraiment porté chance à l’ancien président de la République.

En vérité, dans le domaine de l’emploi comme dans tant d’autres, il y a loin de l’hyper-communication estrosiste à la réalité. Ainsi, par exemple, les bureaux de la plaine du Var restent désespérément vides, et les grands groupes promis n’arrivent pas. Si, bien sûr, un maire, un président de métropole, ou même président de Région ne peut pas tout, ces résultats devraient tout de même l’inciter – a minima – à bien davantage de modestie.

Marie-Christine ARNAUTU
Député Européen
Conseiller Métropolitain
Conseiller Municipal
04 97 13 22 94

 


 

Le commerce de proximité, un enjeu très important pour Nice (mars 2019)

                                

La ligne 1 du tram a considérablement modifié le comportement des Niçoises et Niçois qui concentrent leurs achats sur l’hyper centre, s’articulant autour de la place Masséna, de l’avenue Jean Médecin et de la zone piétonne.

Par contre, dans le cœur de ville, de la Gare du Sud au boulevard Gambetta, de la rue de Lépante à l’avenue de la République, le commerce de proximité souffre.

Il y a des explications extérieures. La baisse du pouvoir d’achat des retraités, pénalisés par la hausse de la CSG et le développement du e-commerce.

Mais il y a aussi les effets de trois décisions prises par le maire de Nice et président de la Métropole :

  • Le développement des grandes surfaces : Extension de cap 3000, Nice One, Polygone Riviera, et, on a évité un nouveau projet sur le grand Arénas.
  • Les travaux de la ligne 2 du tram avec des critères d’indemnisation trop stricts qui n’ont pu empêcher la fermeture de nombreux commerces le long du tracé, y compris dans le secteur du souterrain à cause des aléas de chantier.
  • Enfin, la nouvelle politique de stationnement, qui, en limitant la gratuité à 30 minutes et en portant la durée maximale autorisée à 2 heures 15, a détourné du cœur de ville, une partie de la clientèle.

Nous avions su jusqu’à présent nous protéger de la mort lente du commerce de proximité. C’est un enjeu urbain essentiel car, au bout, ce sont la paupérisation, la baisse de la propreté et la montée de la sécurité qui se jouent.

C’est pourquoi, il est urgent de penser un plan global de relance du commerce niçois.

 

Patrick ALLEMAND

Pour le groupe "Un Autre Avenir pour  la Métropole"

Tél. : 04 97 13 26 12 – Mail :

Site : unautreavenirpournice.fr


 

La voirie une compétence majeure qui allie proximité et efficacité

La Métropole a exercé, dès sa création en 2012, la compétence voirie sur l’ensemble des voies situées dans son périmètre, à l’exception de l’autoroute A8.

Le transfert des voiries communales et départementales a permis de mettre en place une gestion unique de toutes les voiries. Sur notre territoire en partie montagnard, cela a facilité, pendant la période hivernale, l’organisation des opérations de salage ou de déneigement, un seul intervenant étant désormais compétent pour traiter toutes les voies.

Pour les habitants des moyen et haut pays régulièrement confrontés à des conditions de circulation difficiles, cela a constitué un vrai plus. Plus largement, les moyens humains et matériels ont pu être mutualisés et répartis entre les 7 subdivisions du territoire métropolitain.

Cette organisation assure un véritable lien de proximité avec chaque Maire notamment pour la définition des programmes annuels d’entretien des voies secondaires ou les travaux d’amélioration des axes structurants. Le transfert de la compétence a optimisé la qualité des interventions d’urgence, malgré l’absence d’aides de l’État, lors des intempéries de novembre 2014 qui avaient causé près de 15 millions d’euros de dégâts sur nos routes.

Beaucoup de communes n’auraient pas eu les moyens financiers de faire face aux dommages induits. C’est notamment dans ces situations là que la création de notre Métropole prend tout son sens.

Jean-Marie BOGINI
Maire d’Isola
Président de la commission voirie

Jean THAON
Maire de Lantosque
Vice-président chargé du schéma des infrastructures routières