Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


Diminuer l’impact des déplacements

L’exemplarité de la collectivité en matière de mobilités

Décarboner la totalité de la flotte de bus 

Un mix énergétique de véhicules électrique, hydrogène vert et biogaz.
 
L’hydrogène vert et le biogaz seront produits directement sur la métropole : l’hydrogène grâce à l’électricité produite par l’unité de valorisation des déchets de Nice Est, le biogaz par le traitement des boues d’épuration de la STEP de Cagnes-sur-Mer.
 
Une baisse des émissions de CO2 de 14 900 tonnes d’ici fin 2025, soit -57% par rapport aux émissions actuelles.
 
Planning 
  • 2022 : 27% électrique, 38% biogaz, 48% de carburant fossile,
  • Evolution du parc jusqu’en 2025 : avec 50% électrique, 20% biogaz, 30% hydrogène et 0% de carburant fossile 

 

Décarboner les 1 460 véhicules servant au fonctionnement de la collectivité

Les seront aussi 100% propres d’ici 2026 

  • Les véhicules d’entretien des espaces verts, 
  • Les véhicules des subdivisions de voirie, 
  • Les véhicules de service, 
  • Les bennes à ordure ménagère, qui fonctionneront au bioGNV et à l’hydrogène.

 

Forfait mobilités durable pour les agents

Créé en juin 2021 pour les agents, jusqu’à 200 euros par an pour ceux qui se rendent sur leur lieu de travail en vélo ou en covoiturage.
 

Zone à Faible émission 

Cette action que nous devons appliquer à Nice vise tout d’abord à mettre fin au trafic de poids-lourds polluants en centre-ville dès 2022, avant de concerner les particuliers à partir de 2023. La concertation publique est en cours sur le site de la Métropole.
 

La création d’une prime à la casse de 1000 euros

Pour les propriétaires de véhicules crit’air 5, c'est-à-dire les véhicules diesel répondant aux normes Euro 2 (du 1er janvier 1997 au 31 décembre 2000), dont ils souhaitent se débarrasser au profit d’un véhicule plus propre.
Conditionnée à la mise au rebut de l’ancien véhicule et l’achat d’un véhicule électrique ou hybride neuf ou d’occasion, d’un deux-roues, ou d’un vélo.
 
Cette prime sera cumulable aux autres aides à l’achat existantes, fixées à 5000 euros pour un véhicule électrique, 400 euros pour un vélo électrique.
 
Ce qui veut dire que quelqu’un qui répond aux critères de revenus pourra bénéficier de :
  • 6 000€ pour l’achat d’un véhicule électrique, sans compter l’aide de l’Etat jusqu’à 11.000 €
  • 1 400€ pour l’achat d’un vélo électrique.

 

Un nouveau plan d’apaisement et d’aménagement paysager du centre-ville début 2022

Dans le prolongement des opérations déjà annoncées (boulevard Gambetta, la place Ile de Beauté, la rue Cassini et les trames vertes, ainsi que l’extension de la Promenade du Paillon) l’aménagement de la Sortie Ouest de la voie Mathis permettra de diminuer les temps de parcours est-ouest de 9 minutes en heure de pointe et une baisse de 30% les émissions de gaz à effet de serre
 
Une discussion avec l’Etat et ESCOTA est en cours concernant la suppression du péage de Saint-Isidore qui est un point d’émission de CO2 et de polluants, qui en plus dissuade les usagers de contourner Nice plutôt que la traverser. 
 
Une vaste étude est lancée pour fluidifier le trafic routier tout en intégrant toutes les offres de mobilités :
  • Dissuader tout d’abord le trafic de transit pour l’éloigner des rues du centre-ville,
  • Diminuer le volume de circulation et la vitesse des véhicules pour apaiser les quartiers et sécuriser les déplacements,
  • Repenser le rôle et l’organisation de certains axes pour améliorer l’efficacité des transports de commun et accélérer notre Plan Vélo,
  • Etendre cette même réflexion au fonctionnement routier des trois corniches reliant Nice à Monaco,
  • Faciliter la circulation des riverains, des commerçants, des services publics et de secours, et mieux desservir les équipements publics,
  • Organiser la logistique urbaine du dernier kilomètre avec des modes décarbonés et innovants : espaces de dégroupage, vélos-cargos, camions et utilitaires zéro émission, véhicules autonomes et systèmes de consignes.
A partir de 2022, suppression progressive de 70% des feux tricolores en centre-ville, pour lutter contre les phénomènes de pollution liés au freinage et aux accélérations des véhicules. 
 
Une zone 30 km/h sera expérimentée entre l’avenue Jean Médecin et le boulevard Carabacel pour tester ce dispositif et en mesurer les effets sur la qualité de l’air.
 
Ce plan d’apaisement sera coordonné avec notre schéma des transports.
 

Création des parkings-relais

Des parkings situés à proximité des lignes de transport, gratuits pour les abonnés, pour inciter les habitants à laisser leur véhicule. Aux 3000 places existantes, nous ajouterons 4 000 places supplémentaires d’ici fin 2025 sur tous les secteurs stratégiques alors que le schéma directeur des transports, actualisé en 2020, en prévoit 3 000 pour 2030.
 

Quelques exemples

  • Autour de la ligne de bus à haut niveau de service Gambetta-Cessole : 2 parkings place Goiran et Boulevard Tzarewitch, avec plus de 500 places au total, ainsi qu’1 parking sur le boulevard Gorbella de 270 places,
  • Au Port de Nice près de la ligne 2 : le parking Fodéré avec au moins 250 places,
  • A Saint-Isidore en lien avec la ligne 3 de tramway et le train des Chemins de Fer de Provence, avec 460 places au sein d’IKEA,
  • Au niveau de la mairie de Saint-Laurent du Var, en lien avec la ligne de transport par câble jusqu’au CADAM, avec 400 places,
  • Le long de la ligne 4 de tramway à Cagnes-sur-Mer, avec plus de 1400 places,
  • Le long de la ligne 5 de Tramway dans la vallée du Paillon, avec près de 800 places de plus rien que pour la première phase entre Nice et la Trinité.

 

Un nouveau schéma directeur de déploiement des bornes électriques de recharge.

Volonté de doubler notre parc de bornes avec 600 bornes publiques d’ici 2026, ainsi que 166 en autopartage et 20 destinées aux taxis. 
 
Des bornes de recharge pourront être intégrées dans certaines stations services de la Ville de Nice.