Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


Point de situation Covid-19

    • Point situation

Aujourd’hui la situation est particulièrement préoccupante dans les Alpes-Maritimes :

  • Taux incidence : 438 cas pour 100 000 habitants contre 205 au niveau national.
  • Hospitalisation 90% d’occupation des lits COVID en milieu hospitalier et 84,3% des places en réanimation.
  • Positivité : 8,68% de personnes positives contre 7,1 au niveau national.


Depuis près d’un an la présence de la charge virale de la COVID-19 est suivie dans les eaux usées de la Ville de Nice. Aujourd’hui les analyses ont été amplifiées notamment avec le CNRS pour détecter la présence des variants.

  • Partenariat avec le chercheur du CNRS de Nice Monsieur Pascal Barbry) qui, grâce au service d’assainissement de la ville, récupère des échantillons d’eau (à savoir : 1 prélèvement global sur la commune de Nice + 16 autres communes de la métropole, soit 490 000 personnes, mais également sur 11 secteurs de la ville).
  • Il recherche, à l’aide d’une analyse RT/PCR en laboratoire, la trace des variants dans les eaux usées (anglais, sud-africain, japonais…) et communique les résultats 1 fois par mois.


Au mois de Novembre et de décembre, il n’y avait pas de trace du variant anglais. Au mois de Janvier, les traces de ce variant apparaissent dans les eaux usées (localisation notamment dans les secteurs de Gambetta Ouest, Ouest Ville, et Les Moulins).

En savoir plus


Par ailleurs, L’agence de sécurité sanitaire et environnementale et de gestion des risques de la Métropole Nice Côte d’Azur est en train de mettre en place un partenariat avec le professeur Charles-Hugo Marquette afin de faire du séquençage sur les prélèvements naso-pharyngés effectués dans le cadre des tests PCR.

 

  • Ce séquençage nous permettra, dans le futur, de savoir si les variants de la Covid sont présents sur notre territoire.
  • Ceci devrait débuter dès lundi 1er février.

 

Un bond de contamination sur le territoire


Le bond de contamination sur notre territoire (depuis début Janvier)
est visualisable :

  • par le taux d’occupation au sein du CHU et sur le département,
  • par le fort taux d’incidence,
  • et par la présence concentrée de la COVID-19 dans les eaux usées, qui peut être en partie dû au variant anglais, qui a pénétré sur notre territoire, et qui est connu pour son fort pouvoir contaminant.

 

Renforcement des mesures


Face à cette situation, un renforcement des mesures est vivement souhaité. Le Président de la Métropole Nice Côte d'Azur demande au gouvernement davantage de vaccins : il faut aller plus vite dans la course à la vaccination.

  • Capacité de vaccination de 50 000 personnes par semaine,
  • Actuellement 75 000 inscrits, dont 33 500 prioritaires de plus de 75 ans.
  • A cette heure 8 500 vaccins ont été administrés par la métropole, soit :
    • 88% des résidents de nos villages qui ont reçu la première dose,
    • et 28% des résidents du littoral.
  • Accéléreration pour le littoral pour obtenir un pourcentage similaire au 15 février. En même temps que le début de la 2ème dose.


Avec un pourcentage de 12,5% d’habitants de plus de 75 ans, contre 9 au niveau national, nous sommes le département le plus concerné.

Les écoles

En ce qui concerne les écoles, il semble qu'elles soient beaucoup plus touchées depuis la rentrée. Le Ministre de l’éducation avait annoncé des dépistages massifs dès lors qu’un établissement avait plusieurs cas.
La ville de Nice a mis en place des équipes pour pouvoir réaliser des tests antigéniques sur les personnels et les enseignants.

Pour les enfants, le Président de la Métropole a saisi le ministre de la Santé, car nous ne voulons pas les traumatiser avec des tests naso-pharyngés alors que nous avons la chance d’avoir un procédé mis au point par le professeur Marquette et Hoffman au CHU, avec des tests salivaires.

Le Président de la Métropole a demandé à la Haute Autorité de Santé de valider au plus vite ce procédé pour que nous puissions le mettre en œuvre sans délai dans nos écoles.

Aéroport


Il a été demandé au Préfet d’intensifier les contrôles à l’aéroport et dans les gares, sur les provenances des pays étrangers particulièrement touchés, et notamment de bien contrôler les fausses attestations PCR négatifs.


Locations Saisonnières


Un arrêté interdisant les locations saisonnières sur la Ville de Nice pour la période du 6 au 20 février, qui correspond à la première période de congés d’hiver, a été mis en place pour éviter une aggravation de la situation.

Il est vivement conseillé aux personnes de ne pas réserver des billets d’avion inutilement.

Le Président de la Métropole appelle le Préfet des Alpes-Maritimes à prendre un arrêté sur une zone plus étendue qui couvrira le département, ou du moins les zones identifiées comme particulièrement concernées.

A lire : Grande opération massive de vaccination
 

Share |