Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


S'informer

Le contrat de Baie d'Azur

Une démarche globale et concertée

Le contrat de baie est une démarche volontaire à l’initiative des élus et usagers locaux, concertée et coordonnée sur un périmètre d’intervention cohérent.

Sur notre territoire, cet outil de gestion a pour objectifs de :

- Maintenir et améliorer la qualité des eaux,

- Maitriser les apports qualitatifs et quantitatifs des cours d’eaux,

- Protéger et valoriser le patrimoine marin,

- Développer et organiser les usages,

- Valoriser la démarche et sensibiliser à la qualité environnementale.

Ces objectifs sont ensuite traduits dans un programme d’actions sur 5 ans.

70 kilomètres de littoral et 5 bassins versants sont concernés

Les 10 communes littorales d’Antibes à Cap d’Ail se sont regroupées autour d’un contrat de baie qui concerne 70 km de côte et  associe les 5 bassins versants des Paillons, du Var, de la Cagne, du Loup et de la Brague.

Ces bassins versants sont par ailleurs déjà engagés dans des démarches de gestion des milieux aquatiques :

Contrat de rivière des Paillons

Contrat de rivière de la Basse Vallée du Var

Contrat de rivière de la Cagne

Schéma d’Aménagement Global du Loup

Programme de gestion active de la ressource sur la Brague

L'élaboration du contrat de baie

La phase dite "préalable" a permis de fédérer les décideurs locaux et les acteurs de l’eau et du milieu marin suite à la réalisation d’un état des lieux-diagnostic partagé, autour des objectifs de gestion suivants :

  •   maintenir et améliorer la qualité du milieu marin,
  •   protéger et valoriser le patrimoine naturel,
  •   développer et organiser les usages, de manière équilibrée et respectueuse de l’environnement,
  •   mettre en place le Contrat de Baie en collaboration étroite avec les démarches de gestion en cours ou  en projet sur les fleuves côtiers,
  •  assurer ensemble un travail de communication et de sensibilisation à l’environnement.

Adopté dans sa globalité, le dossier préalable, résultant de cette première phase, a obtenu l’agrément provisoire de la commission d’agrément du comité de bassin le 18 mars 2005.

La phase dite "définitive" a permis de poursuivre la dynamique engagée avec :

  •  la réalisation des études complémentaires sur l’"analyse et cartographie des biocénoses marines" et  "bilan, analyse et préconisations sur le phénomène érosif" réalisées sur l'ensemble du littoral concerné,
  •  la mise en place du comité de baie par arrêté préfectoral du 29 mai 2007 et la création de la conférence intercommunale entre Nice Côte d'Azur, Antibes et Villeneuve-Loubet,
  •  l'élaboration du plan d'actions du Contrat de Baie à partir des projets et réalisations pluri-thématiques envisageables sur le territoire pour une quarantaine de maîtres d'ouvrage.

La signature du contrat de baie d’Azur le 23 janvier 2012 a marqué le lancement du plan d’actions sur 5 ans. Il engage les partenaires et les maitres d’ouvrage à réaliser le plan d’actions et atteindre les objectifs visés.

La mise en œuvre du contrat de baie

Le contrat de baie regroupe une centaine de projets pour un total de 173 140 euros visant à :

1-Préserver de la biodiversité marine. Elle est au cœur de ce plan avec des mesures comme la création d’un Observatoire de la baie et le suivi des peuplements de poissons. Ou la cartographie des fonds marins jusqu’à 50 m de profondeur pour en connaitre l’évolution. Autant d’informations utiles aux scientifiques et aux usagers.

2- Développer les activités sur le littoral  sans compromettre l’environnement : implantation de zones de mouillages organisées pour un meilleur contrôle de la plaisance, création de sentiers de randonnée, développement du canoë-kayak et autres sports respectueux du milieu…

3- Assurer une eau toujours mieux traitée, toujours plus propre avec la réalisation de projets d’envergure comme la reconstruction prochaine de la station d’épuration de Cagnes-sur-Mer pour 58 millions d’euros, et la création  de stations à Duranus, Levens, Colomars etc…

4-Agir en amont pour mieux gérer les cours d’eau. Le contrat de baie s’intéresse à la survie de l’anguille, cette espèce menacée d’extinction dans le monde, notamment en raison de la surpêche. Pour favoriser sa migration,  une « passe à anguilles » sera aménagée sur la Vésubie à la hauteur de Saint-Jean-la-Rivière.

5-L’ ensemble de ces mesures ont un impact direct ou indirect sur notre santé au travers de la protection de l’eau que nous buvons tous les jours. Pour renforcer cette sécurité  sanitaire, le contrat de baie met en place des stations d’alerte à la pollution ainsi qu’un Observatoire de l’eau potable à l’échelle de la métropole Nice Côte d’Azur.

6-Tous ces efforts seraient vains sans une prise de conscience de tous que la protection de l’environnement est l’affaire de chacun. Plusieurs mesures ont donc naturellement trait à notre information et à notre éducation.  Sensibilisation des plaisanciers,  des pêcheurs, actions auprès des scolaires…

Le suivi et l’évaluation

Deux outils permettent de suivre son avancée :

Le tableau de bord est un instrument de mesure de la performance facilitant le pilotage actif de la réalisation des projets. Dans le cadre du contrat de baie, le tableau de bord prend la forme d’une base de données. Il contribue à réduire l’incertitude et facilite la prise de décision, c’est un outil d’aide à la décision.

L’observatoire environnemental de la baie répond au besoin de bénéficier de données nécessaires à l'identification de l'état du milieu et de son évolution et de renforcer le suivi du littoral. Il s’appuie sur un travail de collecte, d’homogénéisation, d’interprétation et d’incrémentation des données à partir d’un travail multi partenarial aves les acteurs du littoral (partenaires techniques et financiers, experts et scientifiques, collectivités…)

Le contrat de baie d’Azur, démarche volontaire et engagée en faveur de la protection du milieu marin entre Antibes et Cap d’Ail, est arrivé à mi-parcours.

Consultez le contrat de baie d'Azur