Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


S'informer

La Méditerranée

Les caractéristiques de la Méditerranée

La Méditerranée est une mer riche et vivante, facile à explorer : un simple masque et un tuba permettent d’en admirer les fonds, tout près des plages.    

L’amplitude des marées est assez faible puisqu’elle s’échelonne de 20 à 60 cm. Quant à la température de l’eau, elle varie entre 12° C en hiver et 23° C en été.

La faune et la flore sont constituées de 20 % d’espèces endémiques de la Méditerranée, c’est-à -dire des espèces que l’on ne trouve pas ailleurs. Par contre, 75 % sont également présentes en Atlantique, et 5% proviennent de la Mer Rouge, via le Canal de Suez ; une migration dite " lesseptienne " du nom de Ferdinand Lesseps, constructeur du canal.

Le plateau continental, soit une bande de 0 à 200 m de profondeur, représente la zone la plus productive de la mer.

Les caractéristiques du littoral niçois

D’une part, le plateau continental est très étroit, les fonds marins (Cap de Nice et Cap-Ferrat) atteignent de grandes profondeurs très rapidement. D’autre part, dans la baie de NICE, on peut observer deux types de milieu. Un milieu sableux de l’Aéroport à Rauba Capeu et un substrat rocheux, à l’est du port de NICE, où sont représentées de nombreuses algues photophiles, mais également différents petits animaux comme des Doris dalmatien ou des anémones.

Un constat s’impose : la Méditerranée n’est pas une mer polluée

Depuis plusieurs années, les efforts de préservation sont constants : limitation des aménagements littoraux (terrains gagnés sur la mer, endigage,...), amélioration du traitement des eaux usées et de leurs rejets en mer, multiplication des zones protégées afin d’éviter la surpêche...

La bonne qualité de l’eau, la couleur bleu azur, les plages bien entretenues, cette image, c’est le résultat de travaux d’aménagements et d’entretien permanents car la mer cause de nombreux dégâts matériels, comme la dégradation du réseau de plomberie des douches publiques ou encore l’érosion de la plage.

Et, afin de maintenir cette richesse et de prévenir la disparition d’espèces rares, une liste des espèces menacées et/ou protégées a été dressée :

  •   Les Posidonies (Posidonia oceanica), phanérogames marines, sont protégées par la loi depuis juillet 1988
  •   La grande nacre (Pinna nobilis), se raréfie car elle est trop souvent ramenée comme trophée par les plongeurs ou les apnéistes, elle est protégée par un arrêté de nov. 1992
  •   Le mérou (Epinephalus marginatus) dont la biologie est très étonnante puisqu’il change de sexe avec l’âge est protégé depuis 1993 (moratoire de cinq ans)
  •  La grande cigale, la datte de mer, l’oursin diadème et la patelle géante.